Découvrez les 15 lauréats de la sélection du Fair 2018 !

Exclu

15 groupes, 15 talents, 15 vidéos et surtout 3 artistes issus du Prix Ricard S.A Live Music (une première! !): on vous emmène à la rencontre des 15 lauréats 2018 de notre partenaire Le Fair !

Sélection Fair 2018


Adam Naas


Chanteur néo soul, Adam Naas propose une musique épurée et urbaine, qui résonne avec la froideur des buildings tout en réchauffant le cœur de l’auditeur. Passionné à la fois par le hip hop, l’électro, le funk et l’indie-pop, Adam Naas livre une version minimaliste de ses différentes influences pour un résultat qui rappelle émotionnellement parlant Portishead ou James Blake. On ne serait pas surpris de voir le jeune homme faire une belle carrière à l’international tant sa musique possède une aura universelle.


Cannibale


Nous sommes hyper heureux de retrouver Cannibale sur la liste des finalistes du Fair 2018. Signé sur l’indispensable label Born Bad (qui vient de fêter ses 10 ans), le groupe produit un post punk vaudou, comme si Magazine jouait une musique débordante d’influences du monde : bossa nova, cumbia, batucada ou encore bomba. On se retrouve face à des riffs de basse tellement cool et chaloupés qu’ils pourraient tourner en boucle pendant des heures sans que l’on se lasse. No Mercy for Love, le premier album du groupe vient de sortir, on vous le conseille fortement.


Catastrophe


Poésie déclamée comme des slogans révolutionnaires, envolées gospel, jazz spatial, ou encore BO d’un film situationniste, Catastrophe est le dernier projet un peu fou du label Tricatel, valant mieux que le débat qui avait suivi la publication de leur manifeste dans Libération. Pour avoir eu la chance de voir le groupe en concert avec Bertrand Burgalat à la basse, je peux vous confirmer qu’il s’agit d’une expérience cosmique, légitimant en soi la place du groupe dans cette sélection.


DBFC


DBFC, quatre lettres pour un rock bluesy et psychédélique, qui rappelle forcément un autre sigle : BRMC pour Black Rebel Motorcycle Club, mais dans une version plus electro, plus proche de LCD Soundsystem, où les beats auraient remplacé la batterie. Duo franco-britannique, composé de Bertrand Lacombe et David Shaw, DBFC vient de sortir Jenks, un disque riche en mélodies, où l’on sent combien les expériences passées des deux musiciens leur ont permis d’atteindre une belle maturité en terme de composition.


Dusk Totem


Finaliste du Prix Ricard S.A Live Music 2017, Dusk Totem est le projet de la chanteuse pop folk Fanny Krief et du producteur Julien Mablouké. À la fois envoûtante et enthousiasmante, leur musique s’inscrit dans la vague folktronica, tout en s’autorisant de belles envolées pop. Ci-dessous, la session que nous avions enregistrée avec eux dans le cadre du Prix pour le titre « Magic ».


Eddy de Pretto


Après le touchant clip de « « Fête de Trop » publié en juin, Eddy de Pretto vient de revenir avec l’excellent « Kid », une chanson au texte cinglant où un père s’adresse à son fils, lui dit « tu seras viril mon kid », projette sur lui les attentes que le patriarcat place dans ses mâles, le tout créant un décalage poignant avec l’artiste qu’est devenu Eddy de Pretto. Eddy de Pretto use du chant, du slam, du vocoder et des boucles électro pour créer une version dark de la chanson populaire à texte. Récent vainqueur du Prix Inouïs du Printemps de Bourges, ses chansons sont belles, violentes, tristes et touchantes, comme une version musicale du roman En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis.


Elbi


Elbi est le projet de Lucile Bauer, qu’elle mène de front avec les Herd Of Soul, le groupe de musicien qui l’accompagne sur disque et sur les routes. Rappeuse, originaire d’Annecy, sa soul post trip hop rappelle une version plus chaude et tribale de Morsheeba, où l’on se love tout en restant sur le qui-vive.


Freez


Autre finaliste du Prix Ricard S.A Live Music 2017 à faire partie de cette sélection, Freez est un projet hip hop qui lorgne allègrement du côté du jazz, composé du MC Eli Finberg, du trompettiste Octave Moritz et du batteur/producteur Arthur Vonfelt. À la fois old shool dans ses ambiances et moderne dans son approche de la matière sonore, le groupe livre une musique pleine de groove qui recycle intelligemment les sons du passé. Dans le cadre du Prix, nous avions réalisé avec eux cette magnifique session tournée dans un impressionnant iceberg fait maison.


French 79


Coup de cœur de la team Ricard au sein de la programmation 2017 du festival Ouest Park au Havre, French 79 est le projet du producteur marseillais Simon Henner. À la lisière entre l’électro ultra efficace à même de vous emmener danser jusqu’au bout de la nuit et une musique électronique complexe, riche en recherches et en ambiances, French 79 revisite la french touch pour la dépoussiérer à grands coups d’accélérations/décélérations.


Inüit


Jeune groupe nantais, Inuït vient de publier un très bel premier EP, intitulé Always Kevin. Chant, synthés, trombone, saxophone, batterie et percus, tous les moyens y sont bons pour générer une electro pop rythmiquement festive et intellectuellement profonde. Dotés de goûts musicaux très sûrs – de Steve Reich à Four Tet en passant par BadBadNotGood –, les membres de groupe pourraient bien nous surprendre quant à l’évolution d’Inuït.


Jacques


Personnage improbable – la première fois que je l’ai découvert, c’était via le clip de « Tout Est Magnifique » où le compositeur, rasé seulement au milieu du crâne, prend la même pose étrange sur une succession de plans incongrus –, Jacques produit une électro bizarre et intriguante. Décalé tout en restant sérieux, il se décrit lui-même comme un chef d’orchestre de bruits, puisant dans son quotidien, mais aussi sur Internet, quantité de sons qu’il agence, triture et décompose, pour créer une cacophonie aussi éclatée qu’excitante.


Kodäma


Une chanteuse mi japonaise mi congolaise, et un bassiste/compositeur qui déborde d’idées : voici la recette de la néo soul de Kodäma, un groupe qui se veut apaisant tout en générant un groove de folie. Le duo a signé son premier EP fin 2016 sur Mamie’s Records, un disque plein d’échos où l’on ressent les origines multiples de Kodäma.


Lysistrata


Et oui nos chouchous de Lysistrata font aussi partie de la sélection 2018 du Fair ! Une reconnaissance qui confirme que nous ne sommes pas les seuls à nous passionner pour le groupe de math-rock-core le plus fou de France. En tout cas, c’est une fierté de retrouver ici le Lauréat du Prix Ricard S.A Music 2017 à l’aune de la sortie de leur premier album.


Norma


Cette jeune Toulousaine de 26 ans produit une musique pop folk pleine d’influences américaines, tout en restant émotionnellement affiliée à la France et à des groupes comme The Do. Norma varie ses manières de chanter, elle harangue telle une rappeuse, pour revenir sur des ritournelles pop. On aime cette capacité à jongler avec les univers avec la pop pour seul horizon.


Sages comme des sauvages


Depuis un premier album Largue la peau en 2015, Sages comme des sauvages continue de proposer une folk à la française pleine de chants indiens et de banjo. Une invitation à voyager revendiquée par le duo. L’ensemble possède un ton décalé proche d’un groupe comme Arlt, emmenant l’auditeur sur des terres simultanément connues et inconnues.

À propos de l'auteur :
Benjamin

Cofondateur de Playlist Society (revue culturelle et maison d’édition), Benjamin est le responsable éditorial de Ricard S.A. Live Music depuis 2008. En 2015, il a publié « Le renoncement de Howard Devoto », une bio-fiction, à la gloire du fondateur des Buzzcocks et de Magazine, qui retrace la genèse du mouvement punk en Angleterre.

Voir ses articles

En savoir plus sur :